J’ai trouvé tellement juste cet article paru dans « le monde » du 4 janvier que je le retranscris ici tel quel, en guise de voeux.

Puisse chacun trouver dans l’art de la pause les ressources au quotidien !

Comme notre corps aspire au repos après un effort, notre cerveau a besoin de pauses dans un monde professionnel surchargé en informations, sollicitations, interruptions, accélérations. Après avoir rédigé un rapport, participé à une réunion, il est important de s’accorder quelques minutes de pause avant de passer à la tâche suivante. Mais il y a pause et pause. Si nous sautons alors sur notre téléphone, envoyons un SMS, nous n’avons pas fait de pause. Nous sommes juste passés d’une activité obligatoire – travailler -, à une activité choisie – se détendre. On fatigue juste son cerveau autrement.

Faire une pause, une vraie, c’est ne rien faire, sinon prendre le temps de se sentir vivant : respirer calmement une ou deux minutes ; s’étirer doucement ; aller marcher, en sentant chacun de ses pas ; regarder le ciel. Les périodes d’apparent repos cérébral représentent des états précieux, durant lesquels nos contenus mentaux se réorganisent. Ces temps de récupération et de fécondité sont actuellement menacés : nous dormons de moins en moins, nous avons de moins en moins de moments de calme et de lenteur.

En 2012, cultivons donc l’art ancestral et vital de la pause !

Christophe André est psychiatre, auteur de  » Méditer jour après jour  »